Infographie : l’actionnariat salarié, un avantage mal utilisé

 

L’actionnariat salarié présente des avantages importants pour les salariés. Ainsi, l’entreprise peut offrir une décote sur le prix des actions pouvant aller jusqu’à 20%, ainsi que jusqu’à 3 actions gratuites pour chaque action souscrite par le salarié. En d’autres termes, grâce à ces mécanismes, les salariés peuvent obtenir une réduction effective du prix par action pouvant aller jusqu’à 80%. Des réductions de cet ordre rendent les gains réalisés par les salariés beaucoup plus importants et réduisent considérablement le risque. De fait, d’après une étude d’Eres, les salariés font une plus-value au bout de 5 ans dans 78% des cas et même 95% des cas quand l’entreprise abonde.

Pourtant, en dépit de tous ces avantages, le dispositif de l’actionnariat salarié est sous-utilisé. En effet, d’après cette même étude d’Eres, seuls 40% des salariés concernés souscrivent, alors même que 82% pensent que devenir salariés de leur entreprise est une bonne chose. D’autre part, d’après une étude du cabinet Equalis Capital auprès des salariés des ETI-PME, 59% de ceux qui n’ont pas souscrit l’ont ensuite regretté. Cette tension entre l’intérêt évident des salariés pour ce dispositif et le relativement faible taux de souscription suggère que quelque chose empêche les salariés d’agir dans leur propre intérêt.

Le manque d’information sur l’actionnariat salarié y est probablement pour quelque chose. En effet, d’après le Baromètre des tendances d’épargne et de retraite en entreprise de BNP Paribas, 59% des salariés s’estiment mal informés sur l’actionnariat salarié. De plus, d’après l’étude d’Equalis Capital, 30% des salariés n’ayant pas souscrit citent le manque d’information comme première raison à cela. On sait d’autre part que seuls 31% des Français maîtrisent les concepts financiers de base, ce qui rend moins étonnant qu’un si grand nombre de salariés passent à coté de ce qui est souvent une opportunité en or. Enfin, les Français ont une aversion au risque en décalage complet avec leurs attentes en termes de rendement, puisque seulement 9% d’entre eux se disent prêts à prendre un risque pour gagner plus, alors même qu’ils sont 70% à attendre un rendement d’au moins 5% par an et même 30% à attendre un rendement d’au moins 10% par an !

La faible utilisation de l’actionnariat salarié est d’autant plus dommageable que la littérature scientifique sur le sujet a montré que celui-ci avait de nombreux avantages pour les entreprises et que ceux-ci seraient probablement encore plus important si les salariés souscrivaient plus souvent :

  • Accroissement de la motivation et de l’implication des salariés
  • Réduction de l’absentéisme et du turnover
  • Amélioration de la qualité de la production
  • Accroissement de la productivité, des résultats et de la rentabilité.

Cela rend l’actionnariat salarié très attrayant pour les entreprises, à condition que les salariés souscrivent en nombre suffisant.

 
Publié dans Non classé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.